Il existe deux espèces principales de caféiers : l’Arabica (environ 70% de la production mondiale) et Robusta. On trouve aussi, mais en plus petite quantité du Liberica et quelques autres variétés peu commercialises.

L’Arabica

L’Arabica a été décrit dès 1753 par Linné.
Les variétés les plus connues sont le Typica et le Bourbon qui ont donné naissance à de nombreuses souches que l’on trouve notamment au Brésil et en Colombie. Gros arbuste à feuilles vert foncé, l’Arabica est différent de tous les autres en ce sens qu’il a quatre chromosomes au lieu de deux. Ses fruits, de forme ovale, mûrissent en 8 ou 9 mois qui contiennent des graines plates, les grains de café. Lorsque la cerise ne contient qu’une seule graine, on l’appelle « caracoli ».
L’Arabica est sensible aux maladies et aux parasites. Il est cultivé dans toute l’Amérique latine, en Afrique centrale, en Inde et, parfois en Indonésie.

Le robusta

Le Robusta tire son nom de la robustesse de l’arbuste.
C’est un petit arbre pouvant atteindre une hauteur de 10 mètres. Ses fruits de forme ronde arrivent à maturité au bout de 11 mois. Le café Robusta est cultivé en Afrique de l’Ouest et centrale, Asie du Sud-Est et, un peu au Brésil.

Le Liberica

Le caféier Liberica est un grand arbre robuste pouvant atteindre une hauteur de 18 mètres. Ses fruits et graines sont également gros. Le café Liberica est cultivé en Malaisie et en Afrique de l’Ouest mais la demande est faible en raison de sa saveur caractéristique peu appréciée.

569e35ef9c3e8a4ac2a547d4fa7dee3eVV